Valérie Lamielle
 
LOGOLOIRCHER1
Capturedecran20150911a110926

Accueil

Les vidéos

Sur ses traces

Les spectacles

La pédagogie

Les dates

Contacts

Liens

LE VENTRE DES FEES

 

Solo chorégraphique de 60 minutes

 

Chorégraphie, interprétation et bande sonore : Valérie Lamielle

Régie lumière : Vincent Toppino

Production : Association Nuit et Jour - La Halle aux Grains Scène Nationale de Blois.

 

« Un photographe est un secret sur un secret. Plus il en dit, moins vous en savez. » Diane Arbus

 

C’est précisément le propos du « Ventre des fées ». Parler de ce secret qu’est l’artiste, et de celui qu’il délivre au secret du spectateur. Il est difficile de trouver les mots pour évoquer ce trouble qui nous relie dans l’oeuvre poétique, issu d’une brèche sensible pour toucher une autre faille.

« Le Ventre des fées » est une réminiscence de sensations et d’émotions dont j’ai ressenti la morsure au regard du travaille de femmes artistes et qui semblent définitivement gravées en moi. Ces artistes sont d’époques différentes, elles viennent de différentes contrées, pratiquent la peinture, la photographie, l’écriture ou la danse, pourtant, elles ont toutes atteint un même point en moi. Peut-être est-ce à cet endroit que prend sa source mon besoin de créer. Je réalise alors que les thèmes de nos créations ne sont que des alibis et je sens que ce qui me guide dans mon chemin artistique est bien plus profond qu'un concept, bien plus complexe qu’une simple idée.

Créer... il n’y a rien et puis il y a. Entre les deux, jouer à cache cache avec le mot qui chatouille la langue, fouiller son propre vide pour tenter de définir l’objet même de sa quête, aller, venir, sentir, ouvrir, être le chat qui guette la petite mouche, traverser l’immensité insondable des abysses, et enfin, ...ÇA nous trouve. Il faut alors répertorier, organiser, défricher, pétrir, modeler, épurer pour délivrer ce ÇA qui nous creuse. N’avoir d’autre choix que de recommencer, pour survivre à cette sourde possession. Donner ce que nous sommes llorsque nous rayons notre nom, les traits de notre visage, ce que nous voulons et ce que nous en pensons, toutes ces choses auxquelles nous croyons, lorsque le sillage du passé s’allonge et que le futur n’est qu’un vaste vide, lorsque le présent nous dépouille et que nous nous posons sur l’instant, création permanente.

 

GALERIE

LA PRESSE

FICHE TECHNIQUE

 

"Ô femme artiste, Ô mon ange, ma muse, ma mère, ma soeur. Depuis cet espace insondable et troublant qui nous relie dans le poème, je te rends hommage. Tu es déesse, monstre criant et fleur de peau, ton regard me sonde, me perce... Ce bouleversement guide mes pas et me danse. Femme au ventre infertile qui cependant créé des mondes, d’où vient ce bouillonnement de mes entrailles lorsque je te regarde ? Papillon brûlé à l’éclat de la page blanche, femme blessée, violentée par l’existence, les traces que tu as laissées ont fait de toi la fée intouchable et désincarnée qui me chavire. Ton oeuvre demeure, ton regard vit par delà le temps."

Hommage à Frida Kahlo, Dora Maar, Colette Peignot, Renée Vivien, Francesca Woodman, Camille Claudel, Caroline Otero, Edith Piaf, Colette, Georges Sand, Joséphine Baker, Billie Holliday, La Malibran et Odile Azagury.

Accueil - Sur ses traces - Les spectacles - La pédagogie - les dates - Contact - Liens